Accéder au contenu principal

AvD Oldtimer GP, petit résumé d’un week-end historique

Nous avions vraiment accroché l’année dernière en assistant aux essais préparatoires du week-end de l’Avd Oldtimer Grand-Prix sur le circuit GP du Nuerburgring alors la décision était prise de participer au week-end complet cette année…bon c’était sans compter sur la Covid et les restrictions qui sont arrivées dans la foulée. Comment concilier notre envie d’y être et la catastrophe sanitaire?

Nous avions donc réservé notre long (mais toujours trop court) séjour pour rouler sur la Nordschleife en considérant qu’il sera peut-être possible d’accéder à l’AvD et surprise, nous apprenons par e-mail seulement le mardi matin précédant l’événement que 5000 places sont attribuées sur réservation exclusivement dans les tribunes M, Bilstein et Mercedes sans accès aux paddocks (au lieu des 60 000 visiteurs habituels). Mieux que rien même s’il va falloir rester assis à la même place les trois jours et loin de notre ami Jérôme qui vient nous rejoindre de Paris pour l’occasion…on utilisera Messenger pour commenter.

Un petit coup de moins bien en arrivant, et si on allait s’ennuyer dans ces conditions? Puis le son des voitures sur la piste à l’approche de notre place nous rassure rapidement, on ne peut pas bouger, on ne peut pas circuler dans les paddocks ni dans la pit-lane mais quel pied de les voir sur la piste surtout qu’on ne s’est pas trompé sur nos sièges avec une vue lointaine sur la pit-lane…

Le freinage d’entrée de la Yokohama-S.

La Mercedes-Arena.

Et au fond la Ravenol curve qui rend une lumière magnifique au coucher du soleil.

Bref, à nous les légendes de la Formule 1, les voitures de course biplace et GT jusqu’en 1960/61, le trophée Dunlop, le trophée des voitures de sport d’époque ou encore l’âge d’or du DTM par course de 20 à 120 minutes selon les catégories entre les essais libres, les qualifications, les courses ou encore la régularité. Ils ne sont pas là pour faire de la figuration mais bien pour gagner la course.

Le vendredi nous réserve déjà quelques surprises, même si, en comparant avec mes photos de 2019, je constate qu’il manque quelques autos dans chaque plateau mais sur le premier auquel nous assistons, les Lotus Cortina, Porsche 911 ST, TVR, BMW 2002 ou encore les Ford GT40 du trophée Dunlop se tirent déjà la bourre. C’est toujours autant impressionnant de voir les pilotes se faire plaisir au volant de voitures dont la valeur dépasse l’entendement.

Les pire (du mieux)? La Tourenwagen classic où les M3 E30 font le show avec un véritable départ comme à l’époque. On oublie le tarif mais on pense au spectacle et au résultat de la course.

La Ford Capri Zakspeed DRM Groupe 5 assure à elle-même le spectacle.

Ou encore les deux M1 Procar dont le son résonne encore dans mes oreilles, certainement celui qui nous a le plus marqué, quel bonheur et rien que pour cela ça vaut le déplacement.

A contrario des R8 LMS dont la course fut palpitante avec des pilotes comme Frank Biela, multiple vainqueur des 24 Heures du Mans avec les Audi R8 et R10, mais dont le bruit du V10 est vraiment limité par les normes.

Les pilotes français ne manquaient pas à l’appel avec René Arnoux sur la Porsche 904 N°154.

Qui participa également au F1 Revival de Niki avec Jacky Ickx sur Ferrari 312 venu également raconter ses souvenirs de courses.

Audi est partenaire du week-end en fournissant le safety-car.

Et les voitures de sécurité.

Malheureusement trop rares, les Audi n’ont pas brillé par leur présence sur les plateaux avec seulement la 200 quattro dont la wastegate du 5 cylindres turbo faisait sursauter les visiteurs pas forcément habitués à ce tonnerre sur cette version reprenant quelques codes de la version du record Talladega (et non malgré ce qu’on a pu lire sur différentes pages, ce n’est pas la version de la tentative de record).

Et cette A4 DTM ex-Timo Scheider.

Au bout de 3 jours, les odeurs d’essence, de pneumatiques, de freins et le son des moteurs de course hurlant sur le circuit GP se sont arrêtées…On se promet d’y retourner en 2021!
Photos (très nombreuse..): Driveshaft.fr