Accéder au contenu principal

Exposition 25 ans de RS

L’exposition devait se terminer en mars, et Covid oblige a vu ses dates prolongées. Heureusement pour nous car cela nous a au moins permis de pouvoir la visiter pour notre plus grand bonheur, et j’espère le vôtre (je n’en doute pas avec ces beautés): exposition 25 ans du RS à l’Audi Forum de Neckarsulm.

Tout débute avec l’Audi RS2 en 1994 avec son 5 cylindres turbo de 315 chevaux. C’est le tout premier RS de l’histoire, celui qui a fait rêver des générations (et en fait encore rêver), fruit de la collaboration avec Porsche. Cette configuration vert Aqua Metallic en fait une rareté de plus au catalogue.

La seconde RS est arrivée en 2000, c’est pour moi certainement la RS la plus désirable avec des hanches irrésistibles et son V6 2.7 biturbo. Le RS4 se voit équipé d’une culasse développée par Cosworth Technology et de quelques modifications pour passer de 265 sur le S4 à 380 chevaux. Et pour une fois Audi Tradition ne nous a pas sorti le jaune Imola de sa collection.

La recette est de nouveau utilisée en 2002 sur le RS6 Berline et RS6 Avant: 450 chevaux tirés d’un V8 biturbo de 4.2 puis 480 chevaux sur la version plus limitée initialement à 999 exemplaires en 2004 (999 en théorie). La berline est-elle plus désirable que le break? Peut-être pas mais sa rareté est indéniable sur le marché.

2005 annonce le passage au V8 atmo, véritable crève-coeur pour les inconditionnels du biturbo, sur le RS4: oui pour la sonorité, non pour les sensations. Cependant le RS4 présenté dans cette exposition est un modèle spécial, véritable Art Car du peintre brésilien Romero Britto créée à l’occasion de la foire d’art contemporain de Chicago en 2007.

Peut-être pas aussi voyante mais presque aussi rare, la version cabriolet est arrivée en 2006, s’ajoutant à la Berline en 2005 mise sur le marché quelques mois avant la version Avant (un essai pour bousculer les traditions à l’époque?).

Le RS6 se muscle en 2008 avec une Berline et une Avant en V10 biturbo de 5.0. Cela a fait couler beaucoup d’encre à l’époque, un V10 dans un break Audi…

2009, c’est encore une nouvelle révolution avec le TT RS de 340 chevaux (360 dans l’évolution plus en 2012) et surtout un 5 cylindres turbo, retour aux sources pour la marque et une sonorité envoûtante!

Gros coupé en vue en 2010 (et gros cabriolet en 2012): c’est le RS5 de 450 chevaux. Bon, on ne va pas se mentir, c’est étonnant de trouver dans cette exposition la version………TDI. Audi a vraiment tenté, avec le RS5 TDI concept, de changer une nouvelle fois les habitudes, déjà bien avant l’arrivée des modèles S au diesel. Heureusement, RS et TDI sont restés à l’état de concept.

Un petit break aux allures de RS4 b5, c’est l’Audi RS3 qui hérite de l’ADN Audi avec le même 5 cylindres que le TT RS.

L’exposition se termine avec le RS4 de 2012, toujours avec le V8 de 450 chevaux.

Enfin se termine, pas vraiment puisque le dernier corner expose deux modèles qu’on ne peut, en théorie, trouver sur la route. RS5 DTM.

Et le TT RS dans la version VLN, le savoir-faire de quattro GmbH ne s’arrête pas aux véhicules de série.

Posée dans un coin de l’Audi Forum et pourtant loin d’être inintéressante, ce concept de RS8 datant de 2013 montre ce qu’aurait pu être la version RS de la berline de luxe Audi et est resté dans les murs des bâtiments depuis tout ce temps à l’abri des regards.

L’histoire du logo RS n’est pas terminée, Audi a su ensuite nous surprendre avec les RSQ3, RS6 puis RS7 avec le retour du V8 biturbo, les 400 chevaux des TT RS et RS3, le retour au V6 biturbo sur le RS4 (et par analogie le RS5 puis RS5 Sportback) et dernièrement encore quelques surprises comme sait le faire Audi. Alors joyeux 1/4 de siècle (+1) aux RS, et prions pour que cela continue encore pendant longtemps!

Merci au personnel de l’Audi Forum de Neckarsulm pour son accueil et vive les RS!!
Photos: driveshaft.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :