Accéder au contenu principal

Flashback – test drive de la Porsche 911 Carrera S

Cet essai date un peu, mais vu le contexte particulier en ce moment, nous avons voulu vous faire profiter de nos montagnes en plus de la 911. Alors bon voyage en 911…

Refuser un essai d’une Porsche 911 pendant une demi-journée complète, il faudrait être fou non? Surtout lorsque le soleil est au rendez-vous et que la 911 n’est autre que, à l’époque, la toute nouvelle, qui est un peu moins nouvelle maintenant, 911 type 992 dans sa configuration Carrera S, donc 100% propulsion.
Le centre Porsche Annecy nous avait fait ce magnifique cadeau et c’est sans réfléchir que nous avons pris le volant de 450 chevaux pour une virée sur le Semnoz au-dessus du lac d’Annecy il y a tout juste un an. Par ces temps difficiles de confinement, j’ai pensé que ces photos vont vous remonter le moral en attendant des jours meilleurs et de pouvoir ressortir nos belles.

Peu importe la génération, la 911 nous fait toujours autant d’effet, de la première à la huitième, personne ne reste insensible aux galbes reconnaissables entre mille même si la jolie a pris sérieusement des cuisses avec les années. En même temps le confort intérieur s’est aussi grandement amélioré et les kilomètres sont avalés à la vitesse de l’éclair mais ce n’est pas pour autant que Porsche a aseptisé son modèle phare. Oui l’électronique est bien plus présente, oui la technologie intègre de plus en plus nos sportives, oui les normes antipollution ont changé le coupé de Zuffenhausen mais les ingénieurs arrivent à garder ce qui fait l’ADN de la marque.

Commençons par ce qui fâche au volant d’une auto de ce calibre, les 80 km/h! Oui elle peut y rouler, très bien même, sur le 8ième et dernier rapport de la boîte Porsche Doppelkupplung, PDK pour les intimes, à environ 1000 tr/min mais restons sérieux 5 minutes et pas plus parce que franchement ce n’est pas là que le flat 6 3.0l bi-turbo de 450 chevaux et 530 Nm s’exprime le mieux. Et oui 3.0 biturbo, la disparition du flat 6 atmosphérique pourrait représenter un manque, surtout quand on connaît les envolées lyriques du 4.0, mais ce 3.0 à la sonorité bien travaillée, surtout en mode Sport Plus, se présente plutôt bien avec juste quelques décharges des dumps valves mais les montés en régime sont obligatoirement assorties au sourire du conducteur. Plus tu ouvres, plus tu souries, c’est l’effet 911 !

Le flat 6 bi-turbo est en aluminium (bloc moteur et culasse), réfroidi par eau et 4 soupapes par cylindre, à VarioCam Plus, pompe à huile à régulation électronique, carter sec et j’en passe. Son « bruit » est plutôt feutré en mode normal, commence à s’exprimer gentillement en mode Sport et fait oublier l’adjonction de deux turbos en mode Sport Plus ou Individual dans le menu réglages. Dans la circulation, le passage par ce menu sera votre allié pour s’entourer des éléments confortables en évitant d’avoir une boîte désagréable en mode Sport ou Sport Plus dans les bouchons mais d’écouter toutefois la symphonie du flat 6 à travers l’échappement sport avec sorties en noir finition brillante Porsche Exclusive Manufaktur optionnel. Qu’on se le dise, si vous ne cochez pas cette option sur une 911, vous n’avez pas compris le principe de l’auto.

Il a fortement neigé la veille là où je voulais nous emmener, ce qui a failli annuler l’essai mais heureusement le soleil fut de retour. Avec des pneumatiques en 245/35 ZR 20 à l’avant et 305/30 ZR 21 à l’arrière, les 450 chevaux seulement distribués sur les roues arrière Carrera S oblige, nous aurions pu nous amuser dans la neige mais cela aurait pu nous apporter quelques complications. Le soleil a rechauffé la route du Semnoz mais n’empêche pas quelques pièges avec des virages humides et de la neige tombée des arbres. Suis-je serein? Pas trop à vrai dire mais au final le col est arrivé très très vite. Le train arrière, à roues directrices optionnelles et la direction assistée électromécanique à démultiplication variable et générateur d’impulsion, se montre très précis et très joueur. Le Porsche Torque Vectoring avec différentiel arrière à glissement limité électronique et répartition du couple variable accouplé aux roues arrière directrices donnent l’agilité nécessaire à la 911 et ressortir comme « une balle » du virage.

A noter l’apparition du mode Wet qui est un mode intelligent pour profiter des 450 chevaux sur route humide mais je n’en ai pas eu besoin.

Entre deux virages, vous pouvez, théoriquement bien entendu, abattre le 0 à 100 km/h en 3,5 s (avec option pack Sport Chrono sinon c’est 3,7 s), 8,1 s pour atteindre 160 km/h, 2,2 s sur une reprise de 80 à 120 km/h et bloquer l’aiguille à 308 km/h sur une ligne droite d’autoroute allemande ou circuit adapté.

Il faut bien les étriers monobloc à 6 pistons à l’avant et 4 à l’arrière sur des disques de 350 mm chacun pour stopper tout cela.

La grille d’aération avec lamelles verticales est en noir finition brillante sur la Carrera .

Et chromée sur la 4S.

Le gris Dolomité métallisé optionnel s’accouple particulièrement bien aux jantes RS Spyder design, elles aussi optionnelles.

Options particulièrement bien fournies sur notre modèle d’essai: on peut compter le gris Dolomite, l’intérieur tout cuir noir, le toit coulissant en verre, les rétroviseurs rabattables avec éclairage d’alentour, les roues arrière directrices, le système d’échappement Porsche Exclusive Manufaktur, le pack Sport Chrono, le Servotronic Plus, le système de levage de l’essieu avant bien pratique, le réservoir 90 litres, les jantes RS Spyder Design, les écussons Porsche de couleur sur les jantes, les phares matriciels à LED avec PDLS+, les assistances de parking, régulateur adaptatif (on aurait pu s’en passer…), les sièges Sport à l’avant, le volant Sport GT en cuir, le pack intérieur Argent Diamar et le système Bose plus quelques petites broutilles allongent la facture, tout comme mon article, de 33 000 euros TTC. Mais le résultat est plus que réussi.

Une dernière photo avant de rendre notre 992 à côté de la 997 phase 2, les différences sont sensibles entre les deux à l’arrière.

Nous remercions les centres Annecy et Grenoble pour leur confiance pour cet essai. profitez bien des photos dans son milieu presque naturel.

Et bien entendu cette 911 est approuvée par Mylène.
Photos: Driveshaft.fr

Laisser un commentaire