Accéder au contenu principal

La cinq-phonie Ottomobile au 1:18

Qui n’a jamais rêvé de se retrouver sur une spéciale d’un rallye dans les années 80, et encore mieux, d’y aller avec une auto des années 80? Pour cet unboxing, nous avons choisi d’être sur la route du col de l’Iseran où, même si les groupes B n’ont pas eu l’occasion de combattre, nous aurions vraiment aimé les voir monter sur cette route mythique.

C’est donc dans ces paysages que nous avons sorti ces deux modèles du fabricant de miniatures Ottomobile pour un face à face historique: la Sport quattro du rallye Monte-Carlo 1985 et l’Audi 80 quattro de 1983. Autant dire qu’il n’y a clairement pas d’anachronisme dans nos photos et que ces deux se sont certainement déjà rencontrées dans la vraie vie.

Reçues dans leurs cartons respectifs et protégées dans du polystyrène, sortir une miniature de sa boîte est toujours un moment plus qu’excitant surtout lorsqu’il s’agit de véhicules exclusifs qu’on apprécierait beaucoup d’avoir à l’échelle réelle dans son garage. Vous allez me dire ok pour le Sport quattro, mais pourquoi pour la 80 quattro?

La 80 quattro est la berline qui va populariser la transmission quattro à partir de 1983, avec son look un peu plus sportif que la version B2 de base. Phares du coupé, spoilers avant et arrière spécifiques et double sortie d’échappement agrémentent la faible dotation d’origine du modèle voulu par Ferdinand Piëch .

Les jantes de 14 pouces dont le design est bien repris par Ottomobile peuvent paraître ridicules aujourd’hui mais c’était un signe de richesse à l’époque.

Nous imaginons que le 5 cylindres 136 chevaux, sans être un foudre de guerre, a permis à toute une génération de se faire plaisir à moindre coût face à la version Ur et d’avoir les sensations d’un pilote de rallye avec le son du 5 cylindres tout en pouvant accompagner la marmaille à l’école ou monter la belle-mère au chalet (parions pour ce dernier point que chacun aurait préféré faxer sa belle-mère à l’arrière du coupé pour ne plus l’entendre et ne pas lui donner goût de revenir).

Aujourd’hui, la côte d’amour de la berline est bien inférieure au coupé atmo ou turbo, surtout que plusieurs berlines furent ou sont encore sacrifiées pour la réalisation des copies de Sport quattro. Et pourtant n’est-elle pas belle avec sa robe rouge Mars? Pour en revenir à la version 1:18, son tarif de 59,90 euros sur la boutique (avant la disparition des 2000 exemplaires) ne reflète pas la qualité de fabrication et le soin du détail extérieur et même intérieur. Un modèle à poser dans sa vitrine!

Et puis il y a ceux qui ont pu aller sur les spéciales avec leur berline et rencontrer leurs idole qui courait avec les Sport quattro version usine. Flash-back en hiver 1985 avec Walter Röhrl et son fidèle copilote Christian Geistdörfer au volant de ce Sport quattro IN-NL 8 second au Monte-Carlo en 1985 et ayant abandonné à l’International Swedish Rally de la même année sur problème moteur.

Sa décoration est aussi fidèle à la version ayant écumé les spéciales et une nouvelle fois, pour 69,90 euros (avant la disparition des 3000 exemplaires en vente sur la boutique), est dans l’esprit d’Ottomobile! Une miniature à tarif contenu pour un maximum de qualité et même si Ottomobile semble multiplier les versions du Sport quattro en compétition, c’est la rare marque à faire plaisir aux fans des 4 anneaux avec des miniatures au 1:18.

Difficile de faire sortir un son de la miniature, mais n’entendez-vous pas le bruit du 5 cylindres turbo sur le Turini? Cette version est équipée des jantes avec pneumatiques slicks. Etonnant mais vrai sur cette édition. Ce Sport quattro n’a pas remporté le MC 85, c’est Ari Vatanen sur la Peugeot 205 qui aura cette honneur notamment suite à une erreur de pneumatiques de Walter sur l’ES 11 en choisissant du pneumatique asphalte humide contre des clous mais arrivera cependant à la seconde place.

La lutte entre les deux pilotes est réelle sur chaque centimètre des spéciales mais, fait plus que rare aujourd’hui, ne retranscris pas l’amitié sincère et le respect mutuel entre ces deux légendes vivantes.

Pour en revenir à notre Sport quattro MC 1985, Ottomobile le présente donc dans sa version qui valut la victoire à Walter et c’est le meilleur look possible pour cette miniature dans une vitrine.

Dans une vitrine mais aussi à la montagne il y a quelques jours, à la fermeture officielle du col de l’Iseran. J’aurai tellement eu envie de voir Walter arriver avec ce Sport quattro, ouvrir la porte du copilote et m’offrir une montée exceptionnelle jusqu’au col ou même dans une utopie des plus folles me laisser prendre le volant.

Retour sur terre, je ne peux pas prendre les clefs de la version 1:18 mais je peux, avec bonheur, la poser fièrement dans ma vitrine.

Alors merci Ottomobile pour ces deux miniatures de l’histoire Audi: Sport quattro référence OT820 et Audi 80 quattro OT339.
Photos: Driveshaft.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :