Accéder au contenu principal

Lyon 2022 – les 50 ans de la Renault 5

Parmi les salons automobiles ayant lieu à Eurexpo, on peut compter chaque année sur Epoqu’Auto qui représente le salon du véhicule de collection chaque début novembre. L’organisateur avait donc un stand sur le salon de l’automobile de Lyon 2022 pour faire sa publicité forcément mais surtout pour fêter les 50 ans d’un modèle hyper connu de la marque au losange: la Renault 5.

C’est un plateau représentatif de la carrière de la Renault 5 qui attendait les visiteurs avec des modèles exclusifs et des modèles plutôt destinés à distribution de masse.

Avec les couleurs acidulées typiques des années 70…

Et leur intérieur impossible à proposer à la vente  aujourd’hui.

C’est bien sur les sportives que notre objectif s’est arrêté. Turbo, Turbo 2, Alpine, Alpine Turbo, version Groupe 2,…

Elles y étaient presque toutes.

Nous avons eu un faible pour cette rare version Monte Carlo (2400 exemplaires) issue de la TS en 1978 pour rendre hommage aux Renault 5 Alpine qui se sont brillamment comportées aux mains des pilotes Guy Fréquelin et Jean Ragnotti. C’est bien la première fois que j’en vois une malgré nos participations à de nombreux événements de la marque.

Exposée avec celle à qui elle rend hommage, la Groupe 2 Calberson (le orange avait été remplacé à l’époque par le jaune Tournesol pour des raisons de coût sur la série limitée).

Ce plateau de Renault 5, exceptionnel à mes yeux, était forcément ponctué par la version Turbo.
Issue du projet 822 en 1977 imaginé par Jean Terramorsi, sous-directeur des produits, chargé des petites séries de l’usine de Dieppe.

Et une Turbo 2 avec de rares jantes Gotti d’époque.

Il y avait une survivante de la course monotype qui a vu de nombreuses Renault 5 partir en tôle froissée, la Renault 5 Alpine Coupe, ici celle de Pierre-Jean Behra dans un état de restauration incroyable.

Dans un tout autre esprit, la version Sovra LM4, première voiture de série modifiée par la firme de Michel Landois (les LM1, LM2 et LM3 étaient de conception de type buggy). LM Sovra modifiait ainsi les véhicules, neufs ou d’occasions avant un passage au service des mines.

Renault Le Car Van, conçue par le carrossier Heuliez et s’inspirant des vans américains.

Enfin, je ne pouvais pas laisser sous silence le concept de la R5 exposé sur le stand Renault même si elle est destinée au marché de véhicule électrique à partir de 2024.

Je suis fan des formes et du style de ce concept mais personnellement j’ai bien plus envie de le voir équipé d’un moteur turbo que ce pour quoi il est destiné. Imaginez avec un 4 cylindres de 250 chevaux, châssis développé par Laurent Hurgon et signé par Jean Ragnotti, freinage Brembo, deux Recaro à l’intérieur et un arceau 4 points. Une petite bombinette qui pourrait concurrencer la GR Yaris mais encore une fois Renault n’osera malheureusement pas la concevoir comme cette marque a pu le faire auparavant avec ces modèles devenus emblématiques et exposés dans le premier hall.
Photos: Driveshaft.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :