Accéder au contenu principal

Lyon 2022 – Les tops, les flops et les dernières sportives

Le salon de Lyon nous a permis d’avoir quelques coups de coeur, en dehors des articles que nous avons déjà publiés, ou des choses étonnantes à partager, en voici un dernier tour d’horizon. Tour d’horizon également des sportives présentes sur les stands, parfois bien cachées malheureusement. On ne compte pas les absentes car trop de constructeurs voient leurs sportives comme persona non grata en France…désolant cependant de ne pas jouer le jeu.

Oreca permettait de se croire mécanicien de stand le temps de quelques secondes pour un test de changement de pneumatiques sur une maquette. Nous avons essayé, le temps n’était pas canon donc il ne se partage pas mais c’est drôle d’être pris dans le tourbillon du chrono.

Nous sommes passés voir plusieurs fois notre ami Maxime Fabre, fils du pilote Pascal Fabre, qui co-animait cet arrêt au stand et nous avons pu constater que beaucoup se sont pris au jeu entre amis qu’ils soient jeunes ou un peu plus vieux.

Une Porsche sur le stand BMW occasion? Oui c’était possible grâce au concessionnaire local qui proposait à la vente cette magnifique GT3 type 996.

West Motors nous a gentiment ouvert les portes de son stand pour photographier entre autres cette Lamborghini.

En parlant de Lamborghini, la toute dernière Huracán STO était exposée sur le stand de Lamborghini/Bentley Lyon.

Plus accessible, le Ford Puma ST, malgré que ce soit un petit SUV, présente un look bien sympa, un moteur reconnu  et quelques finitions attirant les amateurs de sportives que nous sommes.

Volkswagen exposait une Golf 8 GTI Clubsport 45. Sa couleur faisant, les visiteurs ont dû passer à côté sans même la voir.

Mazda était dans les tons habituels des salons de l’automobile avec des configurations très proches sur l’ensemble des autos exposées.

Cupra avait sorti l’artillerie lourde avec son Formetor VZ5 équipé du 5 cylindres turbo légèrement dégonflé à 390 chevaux (mais peut-on se demander s’il y a une différence réelle avec les 400 chevaux de chez Audi?) et limité à 7000 exemplaires.

En parlant d’Audi, ce fut malheureusement ma déception du salon de Lyon. Le stand réalisé par le revendeur local n’exposait pas l’ensemble de la gamme et si on retire le RS Q3 bien sombre et bien triste, que reste-t-il sur le stand? Pas un seul modèle vraiment porteur du haut de gamme.

Chez Peugeot, le blason GT se conjugue avec un Rifter électrique.

Je n’avais jamais fait attention à un détail bien particulier sur la 508 PSE, que je trouve personnellement attirante dans cette finition et montre que parfois les constructeurs français peuvent faire des efforts (sauf dans cette configuration noire, à croire que tout le monde s’était donné le mot en exposant des configurations sombres sur les sportives pour ne pas que cela se voit de trop). L’étrier avant est de la bonne couleur pour cette finition.

Mais à presque 70 000 euros, comment oublier de peindre les étriers arrière pour une belle cohésion de l’ensemble?

Mais le top du blason  revient à Fiat et sa Panda Sport.

Voilà qui termine ainsi nos articles sur le salon de Lyon après la Porsche 959 du Rallye des Pharaons

L’armada Porsche

La présence remarquée d’Alpine

Exposition des 50 ans de la R5

Essai de la i4 M50.

Toutes nos photos n’ayant pas pu apparaitre dans ces articles sont ci-dessous et font un tour rapide du salon de l’automobile de Lyon édition 2022. Photos: Driveshaft.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :