Accéder au contenu principal

Snow Driving Experience by Pascal Fabre

 

Pascal Fabre, ce nom doit forcément vous parler si vous regardiez la Formule 1 en 1987 (du temps d’Alain Prost, Martin Bundle ou encore Ayrton Senna) et les 24 Heures du Mans en 1983, de 1989 à 1994, 1996, 1998 et enfin 2001. C’est une personnalité du sport auto français.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Pascal à plusieurs reprises lors de divers événements depuis quelques années, c’était donc tout à fait normal pour nous de suivre son actualité auto pour sa deuxième saison à Tignes pour la Snow Driving Experience by Pascal Fabre, école de pilotage sur glace.


La Snow Driving Experience est une école de pilotage située à Tignes Val Claret à 2150 m d’altitude, le plus haut village de Tignes, à quelques mètres de Tignes le Lac. Vous ne pouvez pas rater l’entrée car elle se situe au niveau du parking à l’entrée du village, au niveau du parking de Grande Motte, en face du restaurant de la Table de Jeanne de la Maison Bouvier, partenaire du circuit. Lorsque vous avez trouvé ce chalet, vous êtes au bon endroit!

Les stages, allant de 1h à 3 heures de cours particuliers et même plus si affinités, sont réalisés cette année sur Audi A3 sportback TDI 184 chevaux ou TFSI 190 chevaux, forcément en transmission quattro et boîte S tronic, fournies par Audi Jean Lain, autre partenaire de l’école. Elles sont équipées de pneumatiques Goodyear cloutés Ultragrip Ice Artic, le stage ayant lieu sur de la glace vive et non de la poudreuse comme on peut le voir sur d’autres circuits installés à la montagne. Cette particularité présente d’ailleurs un travail en amont très important afin d’avoir une épaisseur d’au moins 30 cm et de la garder en état tout en la renouvelant au maximum lors de la saison par arrosage lors des nuits très fraîches, un gros travail de l’ombre que les « étudiants option pilotage artistique » ne peuvent pas voir.

Le Goodyear UltraGrip Ice Artic est un pneumatique routier de type clouté pour un meilleur grip sur la piste de

L’Audi A3 sportback dans sa version quattro permet aux participants de s’adapter facilement à l’auto par sa facilité de prise en main selon les aides à la conduite sélectionnées. Nous avions pu participer, lors de la première saison, à une heure de pilotage chacun décomposée en 3 séances après un briefing pour présenter les différentes parties du circuit et quelques conseils pour commencer les sessions et quelques tours en passager afin de nous expliquer les trajectoires des différents virages, les points de freinage et les points de cordes avant de passer de la théorie à la pratique.

Notre heure de pilotage avait été décomposée en 3 séances de 20 minutes environ. La première partie permet d’appréhender déjà les premiers réflexes sur la piste avec toutes les aides à la conduite activées. On se rend compte alors que la piste, malgré les pneumatiques cloutés, est très glissante et du travail de l’ESP pour tenir l’auto. Nous arrivions tout de même à réaliser quelques glisses grâce au quattro en engageant la voiture avec les roues directrices dans l’axe, l’ESP restant alors en veille avant de remettre un peu de volant, il venait tout de suite réduire nos envies de glisses prononcées. Les minutes et les tours s’enchainent en prenant confiance et les difficultés de la piste apparaissent alors.

Notre seconde session s’était déroulée avec le correcteur de trajectoire en mode sport. Nous prenions alors un peu plus d’angle sur la glisse tout en restant relativement dans l’axe de l’auto et certains virages qui étaient problématiques avec l’ESP actif deviennent alors un plaisir à prendre et c’est le début de la conduite par la portière, c’est-à-dire avec le regard par les vitres latérales. Notre instructeur étant toujours là pour nous guider dans les gestes et réflexes à avoir.

La troisième session permettait de prendre un peu plus de vitesse, la confiance étant là mais attention, trop de confiance = erreur de pilotage, la concentration était encore plus de mise. Selon les niveaux, les instructeurs peuvent proposer d’arrêter les aides à la conduite. Le volant devient alors, avec l’accélérateur, l’allié de la glisse sur plusieurs mètres mais il est encore plus facile de réaliser l’erreur fatale surtout si on doit contrebraquer, l’auto devient très sensible au coup de raquette. Nous avions le choix de rester avec le correcteur de trajectoire déconnecté ou en mode sport et bien entendu nous restons sans le correcteur de trajectoire.

Bien entendu, plus vous pratiquez et plus vous progressez, vous serez alors armés pour circuler sur la neige et la glace. Si vous aviez des appréhensions, cela va vous aider à avoir les bons gestes et réflexes tandis que si vous étes déjà aguerris à la conduite sur surface glissante, les instructeurs diplômés du BPJEPS vous permettent d’aller plus loin dans votre pilotage et redresser vos mauvais réflexes si jamais, au final chacun profitera au mieux de cette expérience.

La Snow Driving Experience by Pascal Fabre propose également la possibilité de réaliser un baptême « sensation » à bord d’un Audi TTS mk3, remplaçant au final avantageusement le TT RS de la première saison par son côté un peu plus équilibré sur la glace. Vous serez alors secoué par un pilote professionnel.

L’équipe de la Snow Driving Experience organise quelques soirées autour d’un thème ou bien d’un bon repas.

Alors particuliers, entreprises ou même étudiants avec une offre spécifique, un baptême, de 1h à une journée, tout le monde trouvera son bonheur parmi les offres proposées.

Nous espérons que ce petit reportage vous aura donné envie de vous inscrire à la www.snowdrinvingexperience.com. Nous remercions l’équipe d’instructeurs, plus particulièrement Jean-Michel Dorbe et Nicolas Dhiu, ainsi que Pascal Fabre pour les cours de pilotages et tous ces supers moments d’échanges autour de l’automobile.

Photos: Driveshaft.fr

Laisser un commentaire